fbpx
Menu Fermer

On l’attendait depuis des mois, certains diraient même des années, le voilà enfin : Le Joker .

Joker, qui semble s’inspirer tout autant de la satire médiatique scabreuse The King of Comedy de Martin Scorsese et du roman graphique Batman : The Killing Joke d’Alan Moore et Brian Bolland, a une vision du monde aussi dyspeptique, pleine de personnages ivres d’un cocktail destructeur d’apitoiement et de gratification sur eux-mêmes, qui se sont livrés au mépris effrayant pour les conséquences. La différence, c’est que cette fois, personne ne rit.

Tout comme Heath Ledger a remporté un Oscar dans The Dark Knight, Joker a une carte maîtresse sous la forme de Joaquin Phoenix, le portrait hypnotiquement physique d’un homme qui serait le roi. Réduit à un état squelettique (comme Christian Bale dans The Machinist, mais pire encore) par un régime de nicotine et de douleur, Arthur Fleck de Phoenix est un cauchemar tragicomique, un clown assiégé, un clown qui tourne en rond et qui souffre d’une maladie qui transforme ses cris internes en rires. Intimidé, maltraité et de plus en plus enragé, Arthur vit avec sa mère, Penny (Frances Conroy), à Gotham, une ville en proie à des grèves d’ordures et envahie par des rats mutants. Il rêve de devenir un comique de standup mais n’a aucune idée de ce que les autres trouvent “drôle” – une combinaison mortelle.

Résultat de recherche d'images pour

Pendant que Gotham pourrit, Arthur voit, léchant ses blessures tout en collant des images pornographiques dans son journal-cum-joke-book. “C’est moi ou c’est de plus en plus fou “, demande-t-il à son agent de santé.

Pendant ce temps, Murray Franklin, l’animateur de talk-show de Robert De Niro, nous rappelle ce que Rupert Pupkin, le roi de la comédie, aurait pu devenir après avoir volé la couronne de Jerry Langford pendant qu’un peuple regardait la télévision.

Résultat de recherche d'images pour

Conclusion : Le joker est un film marquant et qui va, d’une facon ou d’une autre vous marqué par sa noirceur et sa profondeur. Le jeu d’acteur de Joaquin Phoenix vous hantera pendant des heures voire, des jours. Courrez dans votre cinéma le plus proche et n’oubliez pas de : Put on a Happy Face/